• Amel Arfaoui

Vie urbaine : loyers chers et mauvaise santé.

Mis à jour : 20 juin 2019

Vivre dans une grande ville détériore la santé mentale alors que les loyers explosent. Et si on intégrait ces critères de santé et de nuisance dans les loyers pour les ramener à leur juste valeur ?



Maladie psychique et vie urbaine.


Une étude vient d'établir un lien inquiétant entre dépression et vie urbaine.

Selon l'OMS la dépression représente le premier facteur de maladie et d'incapacité dans le monde. En France un français sur cinq souffre de dépression.

Nous le savons, notre environnement impacte directement notre santé, voir l'article du blog

"Habitat, soigner son intérieur". L'environnement de notre ville, quartier, de notre rue et de notre lieu d'habitation est capitale pour notre équilibre. L'exposition au bruit, à la surpopulation, circulation, aux travaux, aux métaux lourds, au pesticide, à la pollution de l'air peuvent mener à l'anxiété et à la dépression et causer des problèmes psychiatriques.



Des prix surévalués et un environnement propice à la maladie.

A Paris tout le monde le sait, les loyers sont très chers. Et c'est aussi à Paris qu'il y a le plus de pollution, de bruit, de stress, de voiture, de manque de nature.. en un mot, de manque de qualité de vie. C'est inversement proportionnel, c'est prodigieux ! Car en dépit de ce constat alarmant les prix ne touchent plus terre et s'envolent jusqu'à l'indécence. Dans certains endroits, les loyers atteignent 800 euros pour un petit studio.

Des prix surévalués et un environnement propice à la maladie, une contradiction qui n'a pas l'air de poser problème aux promoteurs et bien que tout le monde s'accorde à le reconnaître, pour preuve les mesures anti pollution qui sont régulièrement prises.



Toutes les villes souffrent du même fléau comme içi à New York...

Le marché inadaptée, nous avons atteint un seuil critique pour notre santé mentale


Imperturbables, les promoteurs continuent à érigé de terre des immeubles en à peine un an, grignotent chaque espace vide, transforment des quartiers en chantiers et façonnent des villes uniformes qui fabriquent des citadins malheureux ou malades.


Dans ce contexte, le prix des loyers n'est- il pas surélevé ? Est- il normal de se loger dans un environnement négatif à un prix excessif qui ne vous garanti ni bien-être ni qualité de vie et pire, qui peut être dangereux pour la santé?


A une époque où il est de plus en plus difficile de se loger et où les fins de mois sont difficiles, le mouvement des gilets jaunes l'a démontré, la cécité des promoteurs peut- elle

continuer ainsi… Qui pour s'attaquer à cette question, centrale pour le quotidien des français?



Inclure dans le loyer des critères de santé et qualité de vie.


Ce serait un moyen pour ajuster les prix et faire baisser certains loyers exagérés malgré leur

exposition au bruit, travaux, circulation, pollution, manque de climatisation ( l'été, Paris est une cuve étouffante), manque de verdure etc... Tout motif qui affecte la santé devrait en réalité être pris en compte. Ramener les biens à leur juste valeur, voila un progrès.




Encadrer ces nouveaux critères par une loi.


Mais attention, si ce projet n'est pas encadré par une loi qui protège la santé des habitants, ce sont les promoteurs qui retourneront ces nuisances à leur avantage. Quelques travaux par- ci par- là et le tour est joué ! Et les prix grimperont! C'est ce qui se passe dans les quartiers bobos, trois pots de fleurs et des vélos et les prix se sont envolés…



Santé et logement, une affaire écologique ?


Avec la vague écologique du moment, la recherche de qualité de l'environnement est légitime tant nous avons atteint un seuil critique pour notre santé mentale, l'étude le démontre. Cette question du logement et du mal être devrait être portée par les pouvoirs publics. Faire semblant de ne rien voir au nom des enjeux économiques sera dommageable car la facture en terme de santé sera lourde.




Ecologie sociale ou écologie libérale ?


Les écologistes dont la défense de l'environnement est le cheval de bataille, pourront se

saisir de cette question bien que toutes les autres formations se sont aussi verdis avec la montée de la vague verte !

Quel choix feront- ils ? Celui des enjeux économiques ou celui de la santé des habitants? Ecologie libérale ou écologie sociale, telle est la question. Même si l'équilibre n'est pas simple à trouver, il est à rechercher.


AA


* étude de l'Institut de Santé Mentale en Allemagne avec l'université de British Colombia

à Vancouver


Découvrez d'autres articles sur le site d'informations Amythis Comm, site sur la transition.

Des articles sur la santé naturelle, alimentation, nature, sciences quantiques, developpement personnel, sagesse et spiritualité.

Je vous aide durant ce changement de monde par des articles, de l'accompagnement personnalisé et des ateliers. Bienvenue !

Abonnez-vous, c'est gratuit.

https//www.amelarfaoui961.info/blog-amythis-comm

A propos de l'auteure

Bienvenue! Je suis Amel Arfaoui, journaliste indépendante, accompagnatrice au changement, coach en développement personnel et  rédactrice web.

 

En savoir plus

 

Ne manquez aucune Actu:

© 2019 - Amel Arfaoui.