• Amel Arfaoui

Nous vivons une Transition forcée

Mis à jour : 29 nov. 2020

L'ordre établit s'effondre et la transition forcée s'accélère au pas de charge. Brutale, violente, en cadence effrénée, c'est dire si l'effondrement s'accélère. On ne sait s'il s'agit d'une descente vers l'abime ou d'une transition vers la lumière ...


Car pas de doute, nous vivons une transition sociale et économique forcée. La feuille de route est lancée et la transformation de la société est à l'oeuvre mais elle est non-dite et se fait sans la coopération des populations.


Un choix qui peut se comprendre face à la résistance au changement, mais c'est un choix risqué. Une option qui peut entrainer un effet boomrang dévastateur et provoquer ,nous le voyons déjà, une casse sociale, économique et psychologique, une révolte voire une révolution.


Une Transition forcée, imposée et sans pédagogie


Cette méthode d'une transition forcée, imposée et sans pédagogie a des conséquences. Déjà, elle a entrainé violence, autoritarisme, rebellion, défiance, complotisme, peur, racisme, extrême-droitisation de la pensée et des débats.

Elle place la société sur une pente dangereuse et ravive dangereusement les heures sombres du passé. Cette descente vers l'abime sera-t-elle maitrisée? Pas sûr ...



Question: n'y avait- t- il pas d'autre méthode ?


La fermeture des commerces, les faillites, suicides, pertes, pauvreté, la disparition inéluctable de secteurs, activités et loisirs, de nos sorties, de notre mode de vie ne pouvaient-ils pas s'expliquer, s'accompagner avec pédagogie et se traverser ensemble dans la coopération ?


La coopération avec les gens


On aurait pu imaginer une coopération entre humains pour nous adapter tous. Dirigeants et populations, étape par étape, avec la transparence et les aides financières, jouer franc jeu et faire de la pédagogie afin d'obtenir le consentement des populations, leur compréhension. Miser sur la maturité du peuple, sa volonté de changer de monde aussi, sa conscience.

Le choix de l'autoritarisme nous achemine plutôt vers la réticence populaire et une colère historique ...


Une pédagogie de l'effondrement


Une pédagogie de l'effondrement, une pédagogie du changement d'époque, du changement de paradigme, une explication des temps difficiles, une pédagogie de la transition et d'une société à construire ensemble n'auraient-ils pas été plus efficaces et moins douloureux ...


Certes, il n'est pas facile de savoir comment faire face à l'effondrement actuel du monde et comment faire face à l'inconnu, mais on peut se poser la question devant la tournure sérieuse que prennent les évènements : atteinte à la démocratie, réduction des libertés et fin du travail. A moins que ceux-ci ne soient placés dans la colonne des pertes et fracas selon le monde-d'après. Qu'on nous dise...


Quoiqu'il en soit, les dirigeants ne pourront pas tenir longtemps la position d'une transition qui ne dit pas son nom, imposée, forcée, sans discussion, les risques d'explosions mondiales sont là. Il faut jouer cartes sur table.


Si l'intention est bonne : sortir du déni et tout reconstruire ensemble, de façon collaborative dans l'intérêt de tous est encore une option possible. Même si il y a urgence. Sauf si tout ceci est fait dans l'intérêt de quelques-uns. Dans ce cas, tout le monde le verra.


AA



Retrouvez d'autres articles sur le changement de monde que nous vivons sur le site Amythis Comm, ne restez pas seul, informez-vous !



















251 vues0 commentaire